ACBBAviron

Entretien avec Julie Voirin de retour des championnats du monde élite à Sarasota

W4X Championnats du monde 2017 Sarasota C'était ta première participation à un championnat du monde élite. Quel bilan tires-tu de cette compétition ?

Le résultat escompté était de rentrer dans la grande finale avec notre quatre de couple. Il n'a pas été réalisé, nous sommes forcément déçues. Cependant, notre embarcation n'a commencé son histoire que fin août dans cette composition. Le délai était sans doute court pour pouvoir performer de suite. Pour moi, le bilan est tout de même assez positif. Au fur et à mesure des courses nous avons réussi à modifier notre coup d'aviron afin de nous rapprocher des autres nations. De plus, participer à son premier championnat du monde en Floride, sur un bassin aussi ensoleillé qu'impressionnant par la taille et le nombre de bénévoles qui ne veulent que nous aider, ça n'est pas donné à tout le monde. Je ne regrette pas de m'être levée tôt chaque matin cette année pour m'entraîner et espérer rentrer dans ce quatre de couple. Et puis voir François Teroin monter sur la plus haute marche du podium après une finale A relevée à souhait a été pour moi un vrai moment de bonheur !


On voit que la France a de la marge de progrès dans le secteur féminin et chez les TC (toutes catégories), quelles pistes pour progresser ?

Pour progresser et rentrer dans le haut de la hiérarchie mondiale dans le secteur féminin je pense que les pistes sont nombreuses. S'entraîner plus souvent en bateaux longs lors des stages fédéraux paraît la plus simple. Il faudrait aussi trouver le "savoir-faire" des bateaux longs. Christine Gossé s'est déjà penchée sur le sujet depuis qu'elle a repris les rênes du secteur féminin en 2013. Le travail est encore long et c'est à chacune d'entre nous de se donner à 1000% afin de faire progresser le groupe. Comme dit le dicton, Rome ne s'est pas faite en un jour.


Comment vois-tu la suite de ta carrière internationale ?

Ma "carrière internationale" est tout de même assez réduite à ce jour. Mon objectif serait de rentrer enfin en finale A, moi qui suis une habituée des finales B au niveau international.


Quels plans pour le futur au sein du club ?

Il est évident que je me sens très bien au sein du club. Le président et les coachs m'aident et me soutiennent beaucoup. Je tenais d'ailleurs à les remercier chaleureusement. François Banton est un président qui est à notre écoute, qui fait en sorte qu'on soit toujours dans les meilleures dispositions tout au long de l'année et surtout aux moments des compétitions. Cédric Toublan et Vincent Faucheux qui m'ont entraînée dès le début de la saison et à mon retour de blessure sont juste au top ! Ils ont réussi à jongler avec mon envie de progresser, mon manque de confiance, ils ont réussi à me faire "péter mes cadenas mentaux" !

Notre club a la chance d'avoir un bon groupe de juniors et de séniors qui ne cesse de s'étoffer. Ça crée une bonne dynamique de groupe et ça se ressent à l'entraînement, la motivation est toujours là !

Propos recueillis par Pedro Ferreira, 4/10/2017.